Raymarine loin devant les autres laboratoires de test

Mardi, Decèmbre 17, 2019

Notre visite du centre de test environnemental de Raymarine s'achève sur les tests de résistance aux chutes, la vérification des blocs d'alimentation et une série de procédures conçues pour définir la résistance d'un produit aux champs électromagnétiques rayonnés.

Lorsque l'on demande au personnel du centre de test environnemental de Raymarine de « tout laisser tomber », c'est au sens littéral que la consigne s'applique ! Les produits ayant déjà subi de vigoureux traitements dans les chambres thermiques, la salle humide, la chambre à brouillard salin, la salle chauffée et la salle des secousses sont ensuite exposés à la procédure certes moins sophistiquée (mais non moins brutale) de résistance aux chutes.

Chaque produit Raymarine emballé est projeté en tous sens : ce test garantit la livraison en parfait état des produits. Les produits sont également projetés sans protection afin de simuler les chocs et les erreurs de manutention qu'ils peuvent subir durant l'installation.

Raymarine - Test Centre

Suite à cet interlude énergique, les produits sont transférés vers la zone CEM (compatibilité électromagnétique), où le test IEC 60945 CEM est associé à des procédures internes, dont des tests des blocs d'alimentation, pour s'assurer que les produits fonctionneront dans la plage de tension destinée.

Ces tests couvrent divers problèmes comme les chutes de tension, les courants d'appel et les surtensions. Les interférences provenant de la mise en marche d'autres équipements du bateau peuvent interrompre le fonctionnement de l'alimentation partagée. Ces tests permettent donc de vérifier que ces produits resteront opérationnels.

Les visiteurs du centre de test qui se souviennent peut-être des films de James Bond, et notamment des ateliers haute technologie de la section Q, seront peut-être encore plus impressionnés lorsqu'ils entreront dans l'enceinte d'immunité aux perturbations rayonnées, dont les murs sont couverts d'un matériau de forme pyramidale. Ici, les tests vérifient que les produits restent pleinement opérationnels lorsqu'ils sont exposés à un champ électromagnétique rayonné puissant.

Raymarine - Test Centre

Le matériau absorbant sur les murs empêche tout réfléchissement de sorte que seul le signal direct de l'antenne est reçu, ce qui facilite la production d'un champ de test uniforme. Durant ce processus, l'antenne émettrice est placée à l'autre extrémité de la chambre, tandis que le produit à tester est positionné sur une table dans le champ pré-calibré, et contrôlé pour s'assurer qu'il fonctionne correctement lorsqu'il est exposé à des rayonnements, sans aucune défaillance telle que l'apparition de lignes d'interférence sur un flux vidéo.

Dans une chambre séparée, un test destiné à mesurer les émissions rayonnées identifie l'émission accidentelle d'énergie électromagnétique. La chambre est une cage de Faraday : afin de prévenir les interférences causées par des signaux extérieurs, la chambre extérieure se compose de deux couches d'acier. À l'intérieur, des carreaux en ferrite associés à un matériau absorbant de couleur bleue stoppent le réfléchissement.

À ce stade, il devient difficile de ne pas applaudir devant le niveau de rigueur absolument stupéfiant des procédures de test de Raymarine. Mais ce n'est pas tout. Il existe également des simulateurs AIS pour tester les émetteurs/récepteurs AIS, des simulateurs de la station de base DSC pour les radios, des simulateurs GNSS, des simulateurs Wifi... L'investissement est considérable, mais il en vaut largement la peine.